Archives 2015

Lutte contre la délinquance en zone de sécurité prioritaire

 
 
Lutte contre la délinquance en zone de sécurité prioritaire

Le préfet de la région Guadeloupe a accueilli un renfort de deux pelotons de gendarmerie, en présence du Directeur Départemental de la Sécurité Publique et du Colonel commandant la gendarmerie de Guadeloupe à la caserne de Bonne Terre à Saint Claude.

Ce fut, pour Jacques Billant, l'occasion de donner ses directives et les orientations qu’il souhaite donner à l’action de ce renfort, en appui de l’action des forces de l’ordre déjà présentes dans la région.

Une forte hausse de la délinquance

Une augmentation générale de la délinquance en Guadeloupe est constatée pour les dix premiers mois de 2015 et notamment les faits de violences crapuleuses (+17 %) et des vols avec violences (+16,4 %). Cette hausse de la délinquance et de la gravité des faits relevés se fait sentir de manière plus pressente dans le périmètre de la Zone de Sécurité Prioritaire (ZSPZone de sécurité prioritaire). Elle se traduit par un accroissement du sentiment d’insécurité et elle se caractérise par un volume important de vols à main armée et de vols avec violences sans armes.

Ces secteurs sont aussi soumis à un fort impact lié aux trafics de stupéfiants et à une prostitution de rue importante. L’influence des bandes se concentre également sur ces secteurs : 29 homicides sont relevés depuis le début de l’année, dont 10 dans la ZSPZone de sécurité prioritaire, certains commis avec des armes de poing de gros calibre.

Une vigilance accrue

Le début de la saison des croisières entraîne un afflux de touristes au sein de la ZSPZone de sécurité prioritaire avec la problématique nouvelle des croisiéristes qui voudront aller visiter le centre-ville de Pointe-à-Pitre, le MACTe, et qui, pour ce faire, devront traverser à pied des quartiers extrêmement sensibles en termes de délinquance.

Les résultats déjà obtenus

La présence d’un escadron de gendarmes mobiles entre juillet 2013 et avril 2014 avait permis de sécuriser la ZSPZone de sécurité prioritaire et de faire baisser la délinquance de manière significative. Ces bons résultats avaient été unanimement soulignés et la population l'avait exprimé. *

Pour contrer la détermination des délinquants, les forces de l’ordre sont particulièrement mobilisées dans les secteurs de la ZSPZone de sécurité prioritaire avec la présence d’unités spécialisées totalement dédiées à cette zone, soit :

  • pour la Direction Départementale de la Sécurité Publique : une brigade VTT très active sur le centre-ville de Pointe-à-Pitre en journée et une brigade spécialisée de terrain (BST) présente 7j/7 de 17h à 01h00 sur l’ensemble de la ZSPZone de sécurité prioritaire de Pointe-à-Pitre/Abymes.
  • pour la gendarmerie : un renfort permanent de la brigade de Baie-Mahault par 9 gendarmes mobiles, avec l’appui de motocyclistes pour contrôler les flux, d’enquêteurs spécialisés pour conduire les affaires judiciaires sensibles, militaires d’unités de surveillance et d’intervention pour durcir les dispositifs mobiles, militaires spécialisés dans la prévention de la délinquance juvénile pour entretenir un lien avec la frange la plus sensible de la population.
  • Pour les Douanes : elles apportent leur concours en collaborant à des contrôles communs avec la DDSPdirection départementale de la sécurité publique et la gendarmerie en se positionnant à l’entrée de la ZSPZone de sécurité prioritaire sur les grands axes de circulation ou sur des flux moins empruntés, à la discrétion des instructions locales données. Elles complètent l’action des autres services de sécurité avec leurs moyens spécialisés (équipe maître de chien anti-stups, les fichiers douanes et une synergie recherchée avec le service de renseignement Douanes local : DNRED-DOD.
  • La Direction Départementale de la police aux frontières intervient sur tout le territoire de la Guadeloupe et les Îles du Nord (Aéroport-Port-Basse Terre et Saint Martin) dans le cadre de ses missions traditionnelles : lutte contre l’immigration irrégulière sous toutes ses formes, travail illégal, fraude documentaire, démantèlement de filières d’immigration et contrôles trans-frontières. Elle participe quotidiennement à des missions de contrôles et d’interpellations sur la ZSPZone de sécurité prioritaire et ponctuellement à des opérations communes inter-services en mettant à leur disposition ses experts en matière de fraude documentaire et de sûreté.

L’action de l’ensemble des services est axé sur l’anti-délinquance et sur les réponses à apporter à la population en termes de protection des personnes et des biens.

Cet engagement se traduit par des résultats importants en termes de lutte contre ces faits de délinquance mais aussi par un volume important d’interpellations et d’élucidation.

Un effet à obtenir très clair, à travers différents moyens et une préparation préalable

Le préfet de région a donné la priorité au contact avec la population et les acteurs socio-économiques (commerces, lieux de rassemblement – abords écoles, places publiques, lieux de visites, etc.…), tout en maintenant une fermeté renouvelée et un grand professionnalisme vis-à-vis des délinquants.

Il s’agit donc tout d’abord d’assurer la coordination de l’ensemble des acteurs du dispositif territorial de sécurité intérieure : détachement de gendarmerie mobile, PAFPolice aux frontières, douanes et police judiciaire.

Cet objectif est atteint en assurant une manœuvre de contrôle de zone et en démultipliant la visibilité des forces de sécurité dans les lieux, pendant les périodes et aux horaires les plus sensibles en tentant d’approcher l’effet de « saturation du terrain » pour dissuader ou s’opposer à tout acte de délinquance.

Enfin en permanence les unités s’attachent à conserver une capacité à réagir et à s’adapter à une nouvelle situation et une nouvelle mission (sécurité publique, ordre public, appui PJ…).