Archives 2015

Révision des prix des produits pétroliers au 1er novembre

 
 
Révision des prix des produits pétroliers au 1er novembre

Le prix de l'essence sans plomb baisse de 5 centimes (1,30 €/l), le gasoil reste stable (1,13 €/l) par rapport au mois d'octobre. La bouteille de gaz passe à 18,20 € au lieu de 17,63 € en octobre.

Le décret n° 2013-1314 du 27 décembre 2013 prévoit que les prix des produits pétroliers et du gaz sont révisés chaque mois en fonction de l’évolution des cours et de la parité monétaire euro/dollar constatées lors du mois précédent.

En octobre, on constate une hausse de la moyenne des cotations du pétrole brut (Brent) de 2,9 %.

Les moyennes des cotations du super sans plomb et du gazole sont en baisse, respectivement de 8,8 % et de 2,1 %. D'autre part, le gaz est en hausse de 8,2 %.

Ces tendances résultent du recul du nombre de puits pétroliers en activité, notamment aux États-Unis depuis avril 2015, mais également du ralentissement de l'activité économique mondiale (dont la Chine) et plus particulièrement des pays émergents.

Enfin, on constate une légère hausse du dollar de 0,7 % puisque l'euro face au dollar est passé en moyenne de 1,124 en septembre à 1,131 en octobre 2015.

Par conséquent, à compter du 1er novembre 2015 à zéro heure :

1°/ Pour les carburants routiers, les prix maxima sont fixés comme suit :

Super sans plomb  : 1,30 €/l soit - 5 cts/l par rapport à octobre 2015 (1,35 €/l)

Gazole route  : 1,13 €/l sans changement par rapport à octobre 2015 (1,13 €/l)

2°/ Pour la bouteille de gaz de pétrole liquéfié de 12,5 kg, le prix maximum est fixé à 18,20 € au lieu de 17,63 € en octobre, soit une hausse de 0,57 €.

À titre de comparaison, en France métropolitaine, le prix moyen constaté est de 1,29 €/l pour le super sans plomb et de 1,10 €/l pour le gazole.

Il faut également noter qu'en France métropolitaine, où les prix des carburants sont libres, la plupart des stations-services n’emploient pas de pompistes et que les grandes surfaces de distribution alimentaire font du carburant un produit d'appel, vendu pratiquement sans marge.

À l'inverse, les stations de Guadeloupe emploient près de 800 salariés, participant ainsi à un équilibre social qu'il convient de préserver.

L’observatoire des prix, des marges et des revenus a été informé de ces évolutions.

> Arrêté du 30 novembre 2015 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,16 Mb