Archives 2015

Révision des prix des produits pétroliers en Guadeloupe - avril 2015

 
 

 

Le décret n° 2013-1314 du 27 décembre 2013 prévoit que les prix des produits pétroliers et du gaz sont révisés chaque mois en fonction de l’évolution des cours et de la parité monétaire euro/dollar constatées lors du mois précédent.

* * *

En mars 2015, le marché a évolué de la manière suivante :

1 – Légère baisse de la moyenne des cotations du pétrole brut (Brent) de -1,6 % en dollars

Cette tendance s’explique par des stocks OCDE de pétrole brut élevés et par la hausse des exportations iraniennes et irakiennes depuis le Golfe.

2 – Hausse de la moyenne des cotations du super de 7,3 %

Cette hausse résulte principalement des faibles stocks OCDE de ce produit.

3 – Légère baisse de la moyenne des cotations du gazole de -2 %

Cette tendance résulte d'une augmentation de l'offre de ce produit .

4 – Baisse de la moyenne des cotations du butane de -4,1 %

Les prix bas observés les mois précédents continuent à favoriser la hausse des stocks des consommateurs et l’abandon du gaz naturel sur certains marchés.

Le dollar augmente de 4,9 % face à l’euro : le cours moyen de l'euro par rapport au dollar a atteint en moyenne 1,081 en mars 2015.

* * *

Par conséquent, à compter du 1er avril 2015 à zéro heure :

1/ Pour les carburants routiers, les prix maxima sont fixés comme suit :

Super sans plomb  : 1,44 €/l soit + 8 cts/l par rapport à mars 2015 (1,36 €/l)

Gazole route  : 1,24 €/l soit + 1 ct/l par rapport à mars 2015 (1,23 €/l)

2/ Pour la bouteille de gaz de pétrole liquéfié de 12,5 kg, le prix maximum est fixé à 18,62 € au lieu de 18,66 € en mars, soit une baisse de 0,04 €.

* * *

A titre de comparaison, en France métropolitaine, le prix moyen constaté est de 1,39 €/l pour le super sans plomb et de 1,21 €/l pour le gazole.

Il faut également noter qu'en France métropolitaine, où les prix des carburants sont libres, la plupart des stations-services n’emploient pas de pompistes et que les grandes surfaces de distribution alimentaire font du carburant un produit d'appel, vendu pratiquement sans marge.

A l'inverse, les stations de Guadeloupe emploient près d’un millier de salariés, participant ainsi à un équilibre social qu'il convient de préserver.

L’observatoire des prix, des marges et des revenus a été informé de ces évolutions.

 

Nouveau système de fixations du prix des carburants et du gaz