Archives 2015

Risque Tsunami : mobilisation générale pour un exercice international

 
le cod

Les services de l’État, réunis par le préfet de la Guadeloupe au centre opérationnel départemental (CODCentre opérationnel départemental) en Préfecture, ont été mobilisés ce mercredi 25 mars dans un exercice de coopération international sur le risque Tsunami nommé « Caribe Wave ».

Le scénario programmé par le Groupe Intergouvernemental de Coordination du système d'alerte aux tsunami et aux risques côtiers dans la mer des Caraïbes et les régions adjacentes, prévoyait un séisme au large du nord du Panama de magnitude 8,5 à une profondeur de 15 km à 10h00. Ce type de séisme, particulièrement dévastateur en conditions réelles, devait générer une vague fictive sur les côtes de l'archipel guadeloupéen entre 0,3 m et 1 m, moins de 3 heures après le séisme.

Les objectifs d’un tel exercice

La Guadeloupe, exposée aux risques majeurs (cyclones, tremblements de terre, éruptions volcaniques, tsunami), et membre du groupement intergouvernemental de coordination pour l’alerte Tsunami de la zone Caribéenne (CARIBE EWS) a ainsi eu l’occasion de tester les moyens humains et matériels d’alerte afin d’évaluer l’efficacité et la maîtrise du processus. Les services de l’Etat, coordonnateurs de l’action en Guadeloupe, ont organisé le déploiement des services de sécurité et de secours déployés sur le territoire.

Le déroulement de l’exercice 

Le centre de réception de l’alerte (Météo France) a reçu un appel du centre d’alerte au tsunami d’Hawaï (centre d’alerte pour les Caraïbes). Dès réception et transmission au centre de gestion de l’alerte (en préfecture de Guadeloupe), l’ensemble des acteurs (collectivités, services de l’Etat...) ont activé les procédures d’alertes et d’informations du public.

Les services de l’État ont été mobilisés lors de cet exercice pour participer à la diffusion de l'alerte, tester les moyens de communication et le Centre Opérationnel Départemental a été activé par le préfet dans le cadre du dispositif de l’Organisation de la réponse de sécurité civile (ORSECOrganisation de la Réponse de Sécurité Civile) départemental. Plusieurs communes ont activé leur poste de commandement communal et testé leur plan communal de sauvegarde. Des établissements scolaires se sont aussi mobilisés en organisant l’évacuation et la mise en sécurité de leurs élèves. Enfin, certaines entreprises industrielles ont également testé leur procédure interne de mise en sécurité de leurs sites.

Caribe wave en chiffres

Réalisé tous les ans depuis 2009, cet exercice permet aux pays concernés d’améliorer les systèmes d’alertes et d’informations de la population et de répéter des procédés en vue d’entretenir la réactivité des moyens en cas de crise. En 2014, 31 pays et 16 territoires dans les Caraïbes et régions adjacentes ont participé à cet exercice soit plus de 191 000 participants.