Archives 2016

Deux nouveaux directeurs pour la police nationale en Guadeloupe

 
 
préfet  avec DDSP et DDPAF

Le préfet a présenté la nouvelle directrice départementale de la sécurité publique (DDSPdirection départementale de la sécurité publique) ainsi que le nouveau directeur de la police aux frontières (DDPAF). Il a également rappelé les objectifs opérationnels qu’il a fixés aux forces de sécurité.

La commissaire divisionnaire Isabelle Tomatis qui prend les rênes de la direction départementale de la sécurité publique (DDSPdirection départementale de la sécurité publique) de la Guadeloupe n’est pas une inconnue pour l’archipel. Entre 2005 et 2008, elle était directrice départementale de la police aux frontières à Pointe-à-Pitre. Avant cela, elle était passée par Marseille et Aix-en-Provence.

Après Pointe-à-Pitre la commissaire part à Gif sur Yvette comme chef du bureau de la formation, à la police aux frontières, puis chef de la division des ressources humaines à Paris (2009). En 2011, direction la sécurité publique, toujours à Paris, comme chef du pôle des ressources humaines puis elle devient chef d’État-major à Bordeaux (2013) avant de choisir de revenir en Guadeloupe. 

Le commissaire Hervé Cazaux, nouveau directeur départemental de la police aux frontières (DDPAF) vient, quant à lui, de Lyon où il a travaillé au service de nuit (2014) et où il a occupé le poste de chef des commissariats subdivisionnaires des 7ème et 8ème arrondissements (2010). Avant Lyon, le commissaire Hervé Cazaux était chef de circonscription à Soisson.

Un plan sécurité et trois objectifs opérationnels

Le préfet a accueilli ces nouveaux directeurs à l’issue de la réunion qu’il tient chaque semaine avec les forces de sécurité à la préfecture.

«Ma feuille de route est guidée par le plan de sécurité outre-mer présenté le 27 juin dernier par le ministre de l’Intérieur et la ministre des Outre-mer, a-t-il rappelé. Nous devons faire évoluer notre organisation et notre réactivité pour faire baisser l’insécurité et le sentiment d’insécurité en Guadeloupe.  Cela doit être fait et ce sera fait.»

Une détermination qui se décline autour de trois objectifs opérationnels :

  • Le renforcement de la présence des forces de sécurité sur la voie publique ;
  • Le développement du potentiel d’investigation pour permettre l’interpellation des délinquants ;
  • Le renforcement du partenariat avec les élus pour mener une véritable co-production en matière de lutte contre l’insécurité.