Actualités

Des sanctions alternatives pour les conducteurs en faute

 
stand secu routière aux abymes

Durant la semaine des Rencontres de la sécurité, et à l'initiative du préfet de région, la cellule départementale de la sécurité routière de la DEALDirection de l'environnement, de l'aménagement et du logement de Guadeloupe a organisé, avec l'autorisation du  procureur de la République de Pointe-à-Pitre, des opérations de sensibilisation afin de faire changer les mauvais comportements au volant.

Des contrôles routiers se sont déroulés aux Abymes et à Petit-Bourg. Il a été proposé aux conducteurs en faute, une alternative à la sanction pour les infractions suivantes : excès de vitesse de moins de 20km/h au-dessus de la limite autorisée, non-port de la ceinture, utilisation du téléphone au volant, défauts de présentation des papiers).  36 contrevenants ont opté pour l’alternative et suivre une formation sur place.

Les infractions constatées
10 excès de vitesse (inférieur à 20 km/h au-dessus de la vitesse autorisée)
6 défauts d'équipement (gilet, triangle ...) dont 3 pour le gilet rangé dans le coffre du véhicule
8 défauts de contrôle technique
4 défauts de carte grise
4 utilisations du téléphone
6 non-port de la ceinture de sécurité
1 dépassement par la gauche
1 défaut d'assurance, qui lui a valu une saisie et mise en fourrière de son véhicule.

En revanche, et parce qu'elles mettent directement en danger leur vie et celle des autres, les auteurs des infractions suivantes ont fait l'objet d'une verbalisation immédiate :
18 excès de vitesse (de plus de 20 km/h au-dessus de la vitesse autorisée) dont 3 supérieurs à 40 km/h au-dessus de la vitesse autorisée : contravention de classe 4 + rétention du véhicule
1 conduite en état d'alcoolémie avec refus de soumettre aux vérifications de l'état alcoolique.

En Guadeloupe, le nombre de tués sur les routes est une préoccupation de chaque instant. Chacun doit rester mobilisé contre la délinquance routière, car un mort sur les routes est toujours un drame de trop. En matière de sécurité routière, nous sommes tous responsables.