Actualités

État d’urgence : le préfet réunit les élus de la Guadeloupe

 
État d’urgence : le préfet réunit les élus de la Guadeloupe

Le préfet a réuni les élus de la Guadeloupe avec les services de l’État pour présenter le cadre dans lequel s’inscrit l’état d’urgence et inviter chacun à travailler ensemble face à une menace qui n’épargne aucun territoire de la République.

« Notre pays affronte des actes d’une extrême gravité, des actes de guerre, a déclaré Monsieur Jacques Billant, préfet de la région Guadeloupe. Chacun aujourd’hui est susceptible de représenter une cible pour les terroristes et nous devons considérer qu’aucun territoire n’est à l’abri. Il ne s’agit pas aujourd’hui d’avoir peur ou de faire peur mais d’informer sur une menace qui va durer dans le temps et avec laquelle il va falloir vivre. »

C’est dans ce contexte que l’état d’urgence est aujourd’hui appliqué en Guadeloupe et le préfet s’est attaché à décrire aux élus présents chacune des mesures qu’il peut être amené à prendre : ordonner des perquisitions, interdire la circulation des personnes, instituer des zones de protection et de sécurité, interdire des manifestations...

« Je n’hésiterai pas à mettre en œuvre ces mesures si la menace est avérée, a assuré le préfet. Mais aujourd’hui, aucune d’entre elles n’est appliquée en Guadeloupe. Aucun rassemblement, aucune manifestation n’a été interdite par la préfecture ».

Des mesures de vigilance renforcée sont en place dans les zones sensibles et le préfet a invité les élus à partager cette vigilance sur leur commune et auprès de leurs administrés.

Un relais d'informations essentiel

La participation des maires est ainsi essentielle pour relayer des informations comme recenser les rassemblements et les grands événements publics qui se tiennent dans leur ville. « Aujourd’hui, rien n’est interdit a précisé le préfet. Mais nous devons, ensemble, avoir l’opportunité d’interdire si une menace se précisait. Il convient également de se préparer et de préparer vos services, à recevoir une alerte, la répercuter et la traiter. Être vigilant, c’est aussi signaler aux forces de l’ordre des messages malveillants que vous pouvez recevoir à l’échelle de la municipalité ou de l’un de vos administrés.

reunion maire

Et le préfet de poursuivre : « Je pense aussi au précieux concours de la police municipale pour la protection des bâtiments publics, des édifices et des lieux de cultes. Tout comme je demande à ce que soit bien appliquée l’interdiction de stationnement aux abords des établissements scolaires. »

Au vu de la situation actuelle, le préfet a ainsi appelé chacun à hausser son niveau d’attention et à se montrer réactif dans les échanges d’information nécessaires à son appréciation de tout élément qui pourrait porter atteinte à la sécurité et à l’ordre public.

Attentats à Paris - rappel des numéros et sites utiles : www.interieur.gouv.fr