Actualités

Justice : des chantiers d'envergure pour la Guadeloupe

 
Justice : des chantiers d'envergure pour la Guadeloupe

Le garde des Sceaux en visite officielle en Guadeloupe a confirmé l’engagement de l’État pour l’extension et la reconstruction de la maison d’arrêt de Basse-Terre. Il a également posé la première pierre symbolique du nouveau tribunal de grande instance de Pointe-à-Pitre actuellement en construction.

Dès son arrivée en Guadeloupe, Jean-Jacques Urvoas, le garde des Sceaux, a souhaité visiter le centre de détention de Baie-Mahault. "Je ne suis pas un ministre de papier, a-t-il dit. Je viens ici au plus près des réalités du terrain pour rencontrer les personnels. En Guadeloupe, comme ailleurs en France, les établissements pénitentiaires souffrent de la surpopulation carcérale. Il nous faut apporter des réponses concrètes à cette situation."
Le ministre de la justice a rendu un hommage appuyé au personnel du centre de détention en rappelant la haute mission qui est la leur. « La prison n’est pas simplement un moment où l’on perd sa liberté, c’est un lieu aussi on l’on prépare sa réinsertion », a-t-il rappelé. « Si tel n’est pas le cas, nos prisons seront pleines mais vides de sens. »

65 millions d’euros pour la maison d’arrêt de Basse-Terre

Visite de la maison d'arrêt de Basse-Terre

Le lendemain, au sortir de sa visite de la maison d’arrêt de Basse-Terre, le ministre de la Justice a annoncé officiellement l’engagement financier de l’État dans l’extension et la reconstruction de l’actuelle prison du chef-lieu. L’opération se chiffre à 65 millions d’euros pour l’État et va se dérouler en deux phases : d’abord la construction de nouveaux bâtiments avec un mur d’enceinte étendu sur des parcelles attenantes mis à disposition par les collectivités ; puis la démolition de l’actuelle maison d’arrêt et sa reconstruction.
«C’est une opération de service public pénitentiaire pour vous donner les moyens d’exercer votre métier », a souligné le ministre qui a précisé que la première phase sera livrée en 2019 et la seconde en 2021.

Le palais de justice de Pointe-à-Pitre opérationnel en 2018

Pose symbolique de la premiere pierre du TGI

En posant symboliquement la première pierre du futur palais de justice de Pointe-à-Pitre, le garde des Sceaux, a annoncé que ce dernier ouvrira ses portes aux justiciables dans le courant 2018. « C’est un bâtiment qui doit incarner la sérénité mais aussi la majesté de la justice, celle que les hommes ont inventé pour une société plus apaisée , a-t-il dit. Il est bâti sur un site chargé d’histoire et il incarnera la justice du XXIème siècle, une justice plus rapide sans perdre son efficacité, une justice plus proche des citoyens. »
En pratique, le futur palais de justice de Pointe-à-Pitre réunira dans un même lieu le tribunal de grande instance, le tribunal mixte de commerce ainsi que de nouveaux services aux justiciables.

futur établissement de placement éducatif et d'insertion à Lamentin

Dernier chantier d’importance pour la Guadeloupe, le ministre a souhaité se rendre sur le futur site de l’établissement de placement éducatif et d’insertion (EPEI) à Lamentin. Un établissement qui comprendra une unité d’hébergement de 12 places et une unité d’activité de jour pour accueillir des jeunes en difficulté. « Pour avoir visité d’autres établissements de ce type, j’y ai vu des jeunes pour qui cela représentait réellement une seconde chance » a confié le ministre. L’EPEI de Lamentin ouvrira ses portes en 2017.

Toutes les photos de la visite officielle :

Dans les coulisses de la visite du garde des Sceaux

2018 pour le nouveau palais de justice de Pointe-à-Pitre

Extension et reconstruction de la maison d’arrêt de Basse-Terre

Le ministre de la justice au centre de détention de Baie-Mahault