Actualités

Sécurité : une nouvelle convention entre l’État, l’Université des Antilles et le CROUS

 
Sécurité : une nouvelle convention entre l’État, l’Université des Antilles et le CROUS

Le préfet a signé une nouvelle convention sécurité avec la présidente de l’Université des Antilles et la directrice du CROUSCentre régional des oeuvres universitaires et scolaires. Objectif : lutter contre les faits de violence qui tendent à augmenter aux abords et dans l’enceinte des campus.

La nouvelle convention sécurité signée ce jeudi 19 mai 2016 entre l’État, l’Université des Antilles et le CROUS remplace celle du 19 avril 2010 qui ne concernait que le campus et le CROUS de Fouillole.

Elle concerne désormais l’ensemble des sites universitaires du département : le campus de Fouillole, celui de Saint-Claude ainsi que l’école supérieure du professorat et de l’éducation (ESPE) du Morne Ferret, à Pointe-à-Pitre/Abymes.

Une coproduction pour plus de sécurité sur les campus et les CROUS

Cette nouvelle convention de sécurité est le fruit d’un travail commun entre la préfecture, l’Université des Antilles, le CROUS, la police et la gendarmerie nationales. Lors des réunions préparatoires à cette signature chacun a pu exprimer ses attentes et ses contraintes.

Ensemble, les signataires ont coproduit un plan d’actions qui répond aux besoins de sécurité des campus et des CROUS. En effet, depuis quelques mois, il y a un accroissement des faits de violences aux abords et dans l’enceinte des campus, principalement d’ailleurs sur le site de Fouillole.

En 2015, 50 faits de violence ont été ainsi enregistrés, dont 43 sur le site de Fouillole.

Pour le 1er trimestre 2016, on constate une augmentation des faits de 8,36 % sur le site de Fouillole dont 7 cas de violences physiques envers les étudiants.

Les dispositions de la nouvelle convention

La nouvelle convention de sécurité mobilise tous les moyens et dispositifs existants pour lutter plus efficacement contre la délinquance :

 
  •  elle donne les moyens juridiques aux forces de police et de gendarmerie, à titre conservatoire, de faire des patrouilles sur les campus universitaires et de favoriser les enquêtes (dépôt de plainte systématique, mise à dispositions des vidéos, consignations des faits dans un registre) ;
 
  • elle permet aux signataires d’avoir des interlocuteurs directs sur les questions relevant de la sûreté et de la sécurité. Des rencontres régulières, mensuelles pour certaines, sont d’ores et déjà programmées ;
 
  •  elle mobilise tous les dispositifs et tous les acteurs concernés par les questions de sécurité. Il est ainsi prévu qu’un diagnostic sûreté soit réalisé pour adapter les mesures de sécurité sur chaque site. Des actions de prévention seront également menées auprès des personnels et des étudiants pour sensibiliser chacun sur les bonnes conduites à adopter ;
 
  •  elle fait appel au Service Civique par le recrutement de jeunes volontaires sur des missions de prévention et pour faciliter le dialogue autour des thématiques sécurité.