Actualités

Un plan de modernisation de la gestion de l’eau en Guadeloupe

 
Un plan de modernisation de la gestion de l’eau en Guadeloupe

Le préfet de région a réuni le comité de pilotage de l’eau, mis en place en décembre dernier, pour proposer un plan de modernisation de la gestion de l’eau sur l’archipel.

Le protocole d’accord qui avait été signé entre les élus, la Générale des eaux et l’Etat, le 21 décembre 2014, afin de reformer la gouvernance de l’eau en Guadeloupe est désormais terminé.

« Les engagements ont été tenus, a expliqué le préfet, Jacques Billant, à l’issue de la réunion. La dette du SIAEAGSyndicat Intercommunal d'Alimentation en Eau et d'Assainissement de la Guadeloupe ((syndicat d’alimentation en eau et assainissement de la Guadeloupe) a été réglée et le transfert des personnels aussi. Il s’agit désormais d’entrer dans une nouvelle phase, celle de la mise en place d’un véritable plan de modernisation de la gestion de l’eau sur l’archipel.
C’est ce que l’Etat a aujourd’hui proposé à tous les acteurs présents. »

Financement et investissement

Ce plan de modernisation comporte deux volets. Le premier concerne la stratégie de financement, avec le principe que « l’eau doit payer l’eau » . Le second point se concentre sur le plan d’investissement afin de rénover le réseau de distribution et réduire ainsi la déperdition de la ressource.

Un comité des financeurs qui comprendra l’Etat, les collectivités locales, et les institutions (Agence de l’eau, Agence française de développement, Caisse des dépôts et consignations...) sera mis en place dans les prochaines semaines pour l’aspect financier du plan de modernisation.

Ce plan sera conduit par un nouveau syndicat ouvert aux collectivités comme la Région, le Département et d’autres institutions. Il remplacera ainsi l’actuel SIAEAGSyndicat Intercommunal d'Alimentation en Eau et d'Assainissement de la Guadeloupe .

Les acteurs présents lors de la réunion ont également acté l’idée de créer un médiateur de l’eau, structure neutre et indépendante d’échange et de traitement des conflits entre les usagers et les autorités organisatrices de l’eau.

« Avec ce plan de modernisation, l’Etat propose un cadre d’actions, concluait le préfet. Mais il est de la liberté de chaque collectivité d’y adhérer ou non. Au terme du protocole de décembre dernier, les collectivités présentes à la réunion ont souhaité que l’Etat continue d’animer les travaux autour de la gestion de l’eau. Nous poursuivrons donc cette tâche, ensemble. »

eau 330x220