L’État mobilise l’ensemble des acteurs sur le dossier de l'eau

 
 
L’État mobilise l’ensemble des acteurs sur le dossier de l'eau

La préfecture de la Guadeloupe a organisé à Basse-Terre une session de travail visant à déclencher une dynamique pour rétablir dans les meilleurs délais l’accès à l’eau potable. Retrouvez ici les rapports des experts et les engagements pris.

Durant cette session de travail, les auteurs du rapport d’audit sur l’eau potable en Guadeloupe ont présenté leurs conclusions aux élus et opérateurs de l’eau, aux représentants des usagers, aux services techniques concernés et aux acteurs socio-professionnels.

Le préfet de la Guadeloupe ainsi que les auteurs du rapport ont rappelé que l’objectif de cette session n’était pas de pointer les responsabilités. L’objectif recherché est de déclencher une dynamique durable visant à sortir de la crise actuelle d’accessibilité de la ressource en eau potable, indigne d’un pays développé comme la France. La principale victime de cette situation est l’usager qui subit une iniquité sur le territoire de la République.

Les atouts du territoire

Le territoire de la Guadeloupe ne manque pas d’atouts qui font de la crise actuelle un paradoxe insupportable. D’abord, une ressource en eau importante et suffisante atteignant 7000 mètres cubes par an et par Guadeloupéen contre 3000 en métropole.

Ensuite, une infrastructure que les auteurs du rapport de la mission inter-inspections qualifient d’exceptionnelle tant elle associe un outil de production suffisant en nombre et un réseau d’alimentation interconnecté dans une logique de solidarité territoriale.

 Enfin, une prise de conscience mûre et à tous les niveaux (élus, usagers, et État) qui a conduit à une multiplicité des études et de rapports complémentaires dont plusieurs préconisations sont en cours de mise en œuvre.

Dans ce cadre, le rapport d’audit présenté ne préconise pas un nouveau plan. Il propose d’intégrer durablement les initiatives actuelles pour répondre aux besoins du court terme sans sacrifier un rétablissement à long terme des capacités de production et d’acheminement de l’eau potable.

Les difficultés et défaillances de l’écosystème de l’eau potable

Elles ont été identifiées : un réseau obsolète et fuyant dont la méconnaissance et la non maîtrise rendent vaine toute volonté de remise à niveau pérenne ; des finances exsangues dont l’assainissement passe par la prise de décisions courageuses pour rétablir une structure viable économiquement et résoudre un problème manifeste de sureffectif ; une inadéquation entre les périmètres administratifs des structures intercommunales, autorités  organisatrices de l’eau, et les périmètres techniques des équipements ce qui pose une question d’adaptation de la gouvernance.

Les trois axes stratégiques

La préfecture de la Guadeloupe ainsi que l’ensemble des services de l’État sont dès lors entièrement mobilisés pour établir une stratégie claire et globale de sortie de la crise actuelle. Celle-ci s’articule autour de trois axes alliant objectifs de court et long termes :

 1 -  Réaffirmer le rôle central du plan d’action pour les services d’eau potable et d’assainissement en Guadeloupe, Guyane, Martinique, à la Réunion, Mayotte et Saint-Martin, dit plan « EAU DOMDépartement d'outre-mer », lancé en juin 2016. Dans ce cadre, la signature des contrats de progrès entre l’État et les autorités organisatrices de l’eau doit être finalisée dans les meilleurs délais et conditionner tout cofinancement de l’État. Un directeur de projet Eau, sous l’autorité du préfet, supervisera la poursuite de cette contractualisation.

 2 -  Limiter les effets des tours d’eau et promouvoir les économies d’eau principalement auprès des plus gros consommateurs. Inefficaces en termes de réduction de la consommation de l’eau, les tours d’eau sont par ailleurs injustes territorialement et doivent faire l’objet d’une suppression progressive sur les deux années à venir. Par ailleurs, la sécurisation d’approvisionnement des établissements sensibles, en premier lieu les établissements de santé, est une priorité avec la réalisation d’un dispositif ORSECOrganisation de la Réponse de Sécurité Civile (Organisation de la Réponse de Sécurité Civile).

3 -  Rétablir l’État de droit dans toutes ses dimensions : d’abord en exigeant de la transparence vis-à-vis des usagers, notamment sur les conditions tarifaires. C’est un préalable nécessaire à une action forte et juste de rétablissement d’un processus de facturation de l’eau. Ensuite, appliquer la loi en matière de contrôle budgétaire et de légalité des actes des autorités organisatrices. Les services de l’État, en complément du travail des juridictions administratives, seront mobilisés à cet effet. Enfin, soutenir les autorités organisatrices de l’eau pour qu’elles aient une maîtrise foncière de l’outil hydraulique.

Dans son plan d’action, l’État, en concertation avec tous les acteurs concernés, vise à restaurer un modèle économique vertueux afin de rétablir la confiance des bailleurs de fonds nécessaires aux travaux de rénovation de l’outil de production et de distribution de l’eau.

La sortie de la crise actuelle et le rétablissement de la confiance auprès des usagers et des bailleurs de fonds ne pourront se faire qu’à la stricte condition d’une action concertée entre l’ensemble des échelons territoriaux. Elle doit constituer un objectif suprême de l’action publique en Guadeloupe qui ne peut souffrir d’aucune approche conflictuelle ni même de concurrence entre les autorités organisatrices. L’État mobilisera tous les moyens juridiques et financiers en sa possession pour remplir son rôle.

DSC08469

Retrouvez le rapport et les synthèses :

> Rapport d'audit sur l'eau en Guadeloupe - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 2,06 Mb

> Synthèse présentée aux élus - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,89 Mb

> Synthèse présentée aux usagers - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,09 Mb

> Synthèse de l'audit eau potable en Guadeloupe - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,64 Mb

> Communiqué de presse sur la conférence de l'eau - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,16 Mb

> Rapport intermediaire IRSTEA - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 1,08 Mb

> Plan d’actions prioritaires pour rétablir l’accès à l’eau potable en Guadeloupe - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,09 Mb