Mobilisation générale pour l'exercice de crise "EU Richter Caraïbes 2017"

 
 
Mobilisation générale pour l'exercice de crise "EU Richter Caraïbes 2017"

Du 21 au 24 mars, un exercice séisme et tsunami de grande ampleur est organisé aux Antilles. Il concerne notamment la Martinique, la Guadeloupe et les îles du nord. Tous les services opérationnels locaux sont mobilisés.

Le Ministère de l’Intérieur (Direction générale de la Sécurité civile et de la gestion de crise – DGSCGC –) et l’Union européenne (ECHO – service d’aide humanitaire et de protection civile de la Commission européenne) organisent, en lien avec les préfectures des Antilles, un exercice d’ampleur qui permettra d’entraîner les acteurs locaux de sécurité civile à faire face aux conséquences, d’abord, d’un séisme majeur, puis d’un tsunami.

La Guadeloupe, les îles du Nord et la Martinique participeront à cet exercice européen. Il est organisé en lien très étroit avec l'état-major de Zone, placé sous l'autorité du préfet de la Martinique, préfet de la Zone de défense et de sécurité « Antilles ».

La tenue de cet exercice a été annoncée par le ministre Bernard Cazeneuve lors de sa visite aux Antilles en octobre 2016.

> Le discours du ministre de l'intérieur - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,13 Mb

Le-comite-de-pilotage-EU-Richter_imagelarge

Le préfet de Guadeloupe a accueilli la direction générale de la Sécurité civile et de la gestion de crise (DGSCGC) pour le comité de pilotage de l’exercice « EU Richter Caraïbes 2017 »

   
   

Un scénario inspiré du séisme de 1843

Le séisme retenu pour le scénario de l’exercice « EU Richter Caraïbes 2017 » se rapprochera du séisme historique qui ravagea la Guadeloupe ainsi que de nombreuses autres îles du Nord de l’arc des Petites Antilles, le 8 février 1843.

Ce scénario permettra d’activer les services de secours et de protection civile des territoires français, britanniques et néerlandais des Antilles ainsi que des pays de la CARICOM (caribbean community, le marché commun des Caraïbes).

Plusieurs partenaires européens comme l’Espagne, la Belgique et le Luxembourg seront également de la partie. Ils permettront de tester les capacités de projection de détachements et de modules de protection civile depuis l’Europe, notamment par avion.

Au niveau local, l’exercice Richter visera à améliorer les moyens de réaction opérationnelle et d’évaluation des dégâts, mais aussi la réponse des équipes sanitaires face à des situations particulièrement graves affectant les infrastructures de soins et de secours.

BRGM_imagelarge
   
   

Après le séisme, le tsunami

Les bilans humains et matériels du séisme seront établis par le bureau de recherches géologique et minière (BRGM). Ils seront très conséquents avec des dizaines de milliers de bâtiments effondrés, des centaines, voire quelques milliers de victimes décédées. Il y aura des dizaines de milliers de blessés et plus de 100 000 sans-abri.

Des bilans qui s’alourdiront avec le déferlement d’un tsunami très peu de temps après le séisme.

Le paysage de crise sera donc de très grande ampleur avec des dommages physiques et fonctionnels généralisés aux bâtiments ainsi qu’aux réseaux et infrastructures critiques telles que les routes, les hôpitaux, les réseaux de télécommunications et d’électricité.

Tous acteurs de l’exercice !

Durant les 4 jours de l’exercice, l'ensemble de la chaîne opérationnelle de secours sera exercée, de la gestion depuis les salles de crise à l’organisation de secours sur le terrain. Les 2 premiers jours, l'exercice sera joué principalement au sein des cellules de gestion de crise (en préfecture et dans les collectivités) ; les 2 jours suivants, les opérations de recherche, secours et gestion de victimes (figurants), seront effectives sur des sites aménagés pour l'occasion, notamment au Moule, aux Abymes et aux Saintes pour la Guadeloupe.

Pour l'exercice, certaines communes mettront en place des procédures d'évacuation du littoral suite à l'alerte tsunami ; beaucoup d’entre elles activeront leur poste de commandement communal… l'ensemble des établissements scolaires de la Guadeloupe seront également partie prenante.

Chaque citoyen pourra également participer, notamment en se tenant informé du déroulement de l’exercice et en relayant sur les réseaux sociaux les consignes de sécurité et les messages d’alerte transmis via le site internet, la page Facebook et le compte Twitter de la préfecture de la Guadeloupe.

Les forces armées déployées sur le terrain

Du 21 au 25 mars 2017, 460 militaires d'active et de réserve des forces armées aux Antilles (FAA) ainsi que 80 militaires des forces armées en Guyane (FAG) et 90 militaires des régiments du service militaire adapté (RSMA) de Martinique et de Guadeloupe participent à un entraînement opérationnel européen, interministériel et interarmées baptisé EU RICHTER.

> Communiqué de presse des forces armées aux Antilles - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,13 Mb