Saison cyclonique : le préfet appelle chacun à se préparer

 
Saison cyclonique : le préfet appelle chacun à se préparer

Le préfet a réuni les services de l’État, les collectivités et les partenaires institutionnels afin de dresser le bilan de l’année 2016 et de valider les procédures d'information et de mise en sécurité des populations en cas d' événement majeur.

Sous la présidence du directeur de cabinet du préfet, la première réunion de la saison cyclonique 2017 a associé les services de l’État, les collectivités et les institutions comme Météo France qui a dressé le bilan 2016 et présenté ses prévisions pour 2017.

Le bilan de la saison cyclonique 2016

La saison cyclonique 2016 a été plus active que la moyenne avec 16 phénomènes dont 15 nommés, 7 ouragans et 3 ouragans majeurs : Gaston, Matthew et Nicole. Le mois d’octobre 2016 a été dévastateur puisque l’ouragan Matthew a occasionné entre 500 et 1 000 décès en Haïti, 40 aux USA, 4 en République dominicaine et 1 aux Grenadines. Pour mémoire, le 13 octobre dernier, Nicole a frappé les Bermudes avec des rafales de vent entre 190 et 210 km/h et une importante montée des eaux qui n’ont heureusement fait aucune victimes

La Guadeloupe, en 2016, n’a pas connu d’événement marquant, au sens météorologique, mais un nombre de mise en vigilance plus important : 22 au total contre 12 en 2015. 18 ont été de niveau jaune et 4 de niveau orange pour 40 jours passés en vigilance. Il y a eu 17 épisodes de fortes pluies et orages, 4 épisodes de mer dangereuse à la côte et 1 épisode cyclonique multi-paramètres (vent, fortes pluies/orages et mer dangereuse) avec le passage de Matthew au sud de l’arc antillais

Récapitulatif de la vigilance 2016 sur la Guadeloupe

Récap vigilance

Une saison moins active pour 2017 ?

Pour 2017, malgré un phénomène déjà nommé avec Arlène (une tempête sub-tropicale en avril), la saison s’annonce légèrement moins active que la normale avec 11 phénomènes nommés, 4 ouragans et 2 ouragans majeurs.

La prudence reste cependant de mise, car cette prévision d’activité globale ne donne aucune indication sur les régions que les ouragans toucheront précisément.

Dans ce contexte, le service interministériel de défense et de protection civiles (SIDPC) a rappelé le dispositif d’organisation de la réponse de sécurité civile (plan ORSEC) et les consignes individuelles et collectives à tenir en fonction de l’ampleur du phénomène.

Il a également été présenté l’exercice cyclonique Zélie qui se déroulera le 15 juin prochain. On y prévoit pour l’occasion de déporter le centre opérationnel départemental à Pointe-à-Pitre, de tester et de valider les procédures de diffusion de l’alerte ainsi que de travailler sur l’échange d’informations (ascendantes et descendantes) entre le COD et les collectivités.

L’information à la population

L’alerte à la population est une compétence partagée entre l’État et les collectivités.

Comme dans toute crise, la bonne circulation de l’information est la première des nécessités en cas d’alerte cyclonique, notamment dans la transmission des consignes de sécurité.

Des procédures spécifiques sont appliquées par la préfecture pour alerter les collectivités (SMS, mails, fax, téléphones, voire téléphones satellitaires) qui elles-mêmes répercutent l’information à la population selon des schémas prévus par les plans communaux de sauvegarde (PCSPlan communal de sauvegarde).

Les consignes de sécurité à la population sont graduées. Depuis 2006, la procédure de Vigilance météorologique est en vigueur, aussi bien pour les risques météorologiques classiques (fortes pluies, mer forte, etc ...) que pour les dangers dus aux cyclones. Elle correspond au code couleur suivant :

  •  Vigilance jaune : Soyez attentifs
  •  Vigilance orange : Préparez-vous
  •  Vigilance rouge : Protégez-vous
  •  Vigilance violette : Confinez-vous, ne sortez pas
  •  Vigilance grise : Le cyclone est passé, restez prudents

À chaque couleur, répondent des consignes spécifiques que chacun peut d’ores et déjà consulter ici.

cycl1
cycl2

En se préparant au risque cyclonique, chacun devient acteur de sa sécurité

Un dossier " Saison cyclonique " figure sur la page d’accueil du site internet de la préfecture (http://www.guadeloupe.pref.gouv.fr/). Il regroupe les procédures d’alertes, les détails des mesures de sécurité, la liste des abris sûrs dans chaque commune ainsi que des préconisations pour préparer un kit d’urgence.

Lorsqu’un événement majeur survient, chacun doit bien sûr suivre son évolution à la radio, sur le site de météo France et sur le site internet de la préfecture où figurent, en temps réel, tous les communiqués du préfet.

La page Facebook (facebook.com/prefecture.guadeloupe) et le compte Twitter (twitter.com/Prefet971) de la préfecture sont également accessibles à tous et permettent une information en direct que chacun peut relayer. C’est aussi le sens de l’article 4 de la loi de 2004 sur la modernisation de la sécurité civile : " toute personne concourt par son comportement à la sécurité civile ".