Reconstruire ensemble et durablement Saint-Martin et Saint-Barthélémy

 
 
Reconstruire ensemble et durablement Saint-Martin et Saint-Barthélémy

Après trois journées passées sur le terrain, Philippe Gustin, délégué interministériel à la reconstruction livre ses premières analyses concernant sa feuille de route et ses rencontres avec les services de l’État, les élus et les socioprofessionnels.

« Après avoir réglé les problèmes d'urgence liés en matière d’eau, d'électricité, de santé, d'accès à la nourriture et de mise à l’abri de chacun, il nous faut très vite revenir à la vie normale, déclare Philippe Gustin. Cela passe d’abord par des opérations de déblaiement pour enlever les stigmates de la catastrophe et pour sécuriser les sites. Ne serait-ce parce que nous sommes toujours en période cyclonique et que si un autre événement se présentait, ces débris, sous l’effet d’un vent violent, pourraient devenir des projectiles.

Revenir à une vie normale passe aussi par la remise en ordre d’éléments symboliques. Je pense à l’hôpital qui fonctionne à peu près normalement et auquel on va adjoindre un dispensaire pour gérer les soins de première urgence. Il y a aussi l’école. j’ai fait le tour d’un certain nombre d’établissements. Tout n’est pas détruit comme cela a pu être dit. Il y a des dégâts mais on peut assez rapidement procéder à des aménagements pour accueillir progressivement les enfants.

Viendra ensuite le temps de la reconstruction. Une mission d’inspecteurs généraux, conduite par le préfet Richard Samuel, est d’ores et déjà sur place pour chiffrer les dommages occasionnés par l’ouragan IRMA. Cette mission rendra ses conclusions sous  un mois.

Le préfet de la Guadeloupe s’appuiera également sur Dominique Jane, sous-préfet chargé de la reconstruction.

Faire bien, vite et mieux

« Il conviendra de définir ce qu’on peut construire et où », précise Philippe Gustin. Services de l’État, collectivités, entreprises, nous devons travailler ensemble en bonne intelligence et de façon raisonnable. Le Président de la République m’a demandé de faire bien, vite et mieux. Il faut tirer des leçons du passé et reconstruire le Saint-Martin de demain en proposant un modèle en termes de développement durable qui pourra être transposable dans d’autres territoires. »

Ceci conduira nécessairement à passer par des moments où « il faudra bousculer les procédures ». Règles d’urbanisme, plan d’aménagement, financement, marchés publics, participation des entreprises locales, « je veillerai à ce que le bon sens et la raison soient de mise et à la hauteur des défis que nous relèverons ensemble  » conclut le délégué interministériel à la reconstruction.

DSC03864b