Face aux sargasses, les services de l’État sont mobilisés

 
 
Face aux sargasses, les services de l’État sont mobilisés

Depuis le 22 mars, des échouages massifs de sargasses se produisent sur les côtes de l’archipel, principalement les littoraux Est et Sud. Les services de l’État sont mobilisés aux côtés des collectivités pour un soutien technique et financier. Une surveillance sanitaire est également assurée par l’agence de santé (ARSAgence Régionale de Santé).

Après les épisodes d’échouages massifs de 2015, une mission interministérielle et partenariale s’est constituée à l’initiative du préfet pour apporter un appui opérationnel aux collectivités et s’assurer de la disponibilité et du fonctionnement des équipements dédiés au ramassage des algues.

Cette mission sargasses dont le préfet a confié le pilotage au sous-préfet de Pointe-à-Pitre est pleinement opérationnelle. Depuis le 22 mars, services de l’État, élus et techniciens se réunissent chaque semaine pour examiner les situations les plus critiques et y apporter des réponses concrètes.

Les membres de la mission sargasses

ssprefet

La mission sargasses est composée de : l’agence de santé (ARSAgence Régionale de Santé), l’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEMEagence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) la direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (DIECCTEDirection des entreprises, de la concurrence,  de la consommation, du travail et de l’emploi), la direction de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DEAL), l’office national des forêts (ONFOffice national des forêts), le conservatoire du littoral, Gwad’air, la communauté de communes de Marie-Galante, la communauté d’agglomération nord Grande Terre, la communauté d’agglomération Grand sud Caraïbes, la communauté d’agglomération Riviera du levant, la communauté d’agglomération nord Basse-Terre, le syndicat intercommunal plages et sites touristiques, l’association des maires de Guadeloupe, le Conseil départemental et le Conseil régional.

Un million d’euros pour soutenir les collectivités

L’État soutient les investissements des collectivités en matériel d’enlèvement, de transport et d’épandage au titre de la dotation d’équipement des territoires ruraux (DETRDotation d’équipement des territoires ruraux). Le taux de subvention est de 80 %, complété par le Conseil régional.

Pour l’année 2018, une enveloppe de 500 000 euros a ainsi été programmée. Elle pourrait être réévaluée en fonction des besoins exprimés : 47 000 € ont déjà été attribués à Terre-de-Bas (motobasculateur et remorque) et 99 200 € pour La Désirade (camion, bras et caisson).

197 600 euros sont prévus pour la communauté de la Riviera du Levant (2 tracto-pelles, un camion et 2 bennes) et deux dossiers sont en cours d’instruction : Le premier pour Vieux-Habitants (72 800 € pour un tracto-pelle) le second pour la commune de Petit-Bourg (379 300€ pour un tracteur 110 CV, un nettoyeur de plage, un chargeur à griffe, un camion et un caisson).

Pour rappel, l’État a contribué au financement de matériel à hauteur de 619 000 € au titre des exercices 2016 et 2017. La région a complété ce dispositif en 2016 par une dotation de 200 000€. 

Aujourd’hui, face aux difficultés rencontrées par certaines communes, une enveloppe supplémentaire de 500 000 € a été débloquée pour qu’elles puissent faire appel à des entreprises privées.

 

prefet sargasses

Anticiper, alerter et stocker

Depuis 2016, la direction de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DEAL) a mis en place un dispositif de prévision à partir d'observations satellitaires. Il donne lieu à des bulletins hebdomadaires de situation et des alertes spécifiques en cas d’imminence d’échouage massif.

Les prévisions sur les échouages de sargasses ici

Avec l’office national des forêts et le conservatoire du littoral, la mission sargasses a également défini des sites potentiels d’épandages des sargasses.

Les zones d'épandage ici

Mesures, surveillance sanitaire et précautions

L’agence de santé (ARSAgence Régionale de Santé) met en œuvre des mesures qui permettent le suivi des concentrations en hydrogène sulfuré (H2S que produisent les algues en décomposition. Elles sont réalisées avec des détecteurs mobiles, dans les zones résidentielles les plus impactées par les échouages. Les résultats de ces mesures sont transmis aux collectivités, aux médias et sont disponibles sur le site internet de l’ARSAgence Régionale de Santé

mesures

Les résultats des mesures d'H2S ici

La surveillance sanitaire est organisée à travers un réseau de médecins sentinelles au sein des communes les plus concernées. Ces médecins transmettent chaque semaine le nombre de consultations qui peuvent être liées à une exposition à l'H2S ou aux sargasses.

Les concentrations de H2S mesurées jusqu’à présent sont en-dessous des seuils à risque pour la santé.

Cependant, l’ARSAgence Régionale de Santé recommande les précautions suivantes : 

- Quitter les zones de bord de mer où les algues se sont accumulées,

- Eviter de manipuler les algues en décomposition,

- Eviter la baignade et le contact avec les masses d’algues flottantes,

- Pour les personnes sensibles (femmes enceintes, enfants en bas âge, personnes âgées, insuffisants respiratoires, asthmatiques, etc.), s’éloigner des zones où l’odeur d’H2S est perceptible,

- Consulter un médecin en cas de symptômes irritatifs (toux,yeux), vertiges, maux de têtes.